top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurEmilie Bruchez

Gardez le contrôle avec la règle des «3 c»

Un swing court, un grip tenu plus court et un finish court. C’est l’arme secrète pour une attaque réussie des greens. Voici les détails de la règle des «3 c».


Après le putting et le jeu court autour des greens, nous nous consacrons aux coups inférieurs à 100 mètres de la cible, les coups de wedges. Dans le sac des professionnels du Tour, on trouve en général des clubs de quatre ouvertures différentes, du lob wedge de 60 à 58 degrés au pitching wedge d’un angle d’environ 48 degrés. La plupart des amateurs se contentent d’un sand wedge et d’un pitching wedge, tandis que les pros ont besoin de deux fois plus de choix pour assurer la précision de leur jeu court.


En principe, le plus simple est toujours de jouer un swing plus court avec un club plus long lorsque vous attaquez les greens. Si, à 100 mètres, vous jouez normalement un pitching wedge en full swing, vous pourriez envisager un fer 9 en demi-swing pour obtenir un meilleur rapport entre régularité et précision. Si l’on regarde ce qui se passe au niveau professionnel, les joueurs favorisent la règle des «3 c», à savoir des swings courts, un grip tenu plus court et un finish court lors des attaques de greens. Cela aide aussi les amateurs en leur donnant plus de contrôle et un meilleur contact de balle. Pour garantir une précision maximale, les swings plus courts et contrôlés sont généra- lement appelés demi-swing ou 3/4 de swing. Dans ma méthodologie, j’appelle le de- mi-swing le volume 2». Sur une montre, il correspond au mouvement des aiguilles de 9h à 3h.


Jon Rahm vainqueur de l’Open d’Espagne avec six coups d’avance a fait une démon- stration de précision lors de sa récente victoire à Madrid – son remarquable jeu de wedge tout en maîtrise à déclassé littérale- ment ses concurrents.


PLUS DE CHOIX

Si vous avez plus de choix en variant tant le volume de mouvement que les clubs, vous améliorerez sans aucun doute votre capacité à toucher plus de greens en régulation. Les joueurs avec un handicap de 36 à 54 pourront appliquer la statistique suivante: si vous êtes sur le green d’un par 4 en quatre coups et que vous y faites deux putts, vous jouez deux coups au-dessus du par. Votre objectif personnel est donc d’arriver sur le green dans le par. Ainsi, vous aurez moins de stress pour votre long jeu, vous serez plus constant et le défi sera gérable. Pour un joueur avec handicap 18, le défi est d’arriver en trois coups sur le green puis d’assurer deux putts pour garantir le bogey. Un joueur scratch enfin devra toucher 12

greens en régulation pour espérer jouer dans le par.


Enfin, pour ceux qui ne sont pas très à l’aise avec le demi-swing, la solution appliquée par le Français Thomas Levet, vainqueur de l’Open de France en 2011, reste toujours efficace: jouez en full-swing et modifiez la hauteur de votre grip. Si vous jouez par exemple un fer 9 avec grip court, grip moyen ou grip long, ce sont autant de combinaisons permettant de créer trois longueurs différentes. Ou, encore plus simple, vous pouvez ajuster deux distances différentes avec un sand wedge, un pitching wedge ou un fer 9 grip court et grip long, ce qui vous donne six distances différentes.


Mais surtout, pratiquez, expérimentez. Et tenez à jour vos distances par club et par ajustement. Apprenez à vous repérer sur le terrain, observez les positions de drapeau et les distances au sol à parcourir afin de faire le bon choix de club. Je constate encore trop d’erreurs de clubs, qui vous coûtent trop de points.





115 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page