top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurEmilie Bruchez

Vamos a la playa !

Après avoir traité les différents volumes de swing, notre experte Emilie Bruchez aborde dans cette édition le thème des sorties de bunker.



Le bunker est souvent mal aimé des joueuses et joueurs amateurs. Il peut même parfois faire naître quelques angoisses. Il est pourtant si riche et si ludique! La sortie de bunker de green que l’on joue traditionnellement avec un sand wedge est tout simplement magique. Après tout, il s’agit du seul coup de golf où l’on ne touche pas la balle. Remarquable n’est-ce pas?

J’aime emmener mes élèves dans le sable pour travailler les notions de posture, d’équilibre, de rythme ou encore de relâchement. C’est un atelier qui permet d’obtenir un feedback direct sur ce que l’on fait.

Combien de fois ai-je entendu: «Oh non, ma balle est dans le bunker, je ne sais pas comment en sortir!» Comme le disait le célèbre joueur américain de basketball Kobe Bryant, la confiance vient de la préparation. Posez-vous cette question: vous exercez-vous suffisamment dans les bunkers?






Il est fondamental de varier vos entraînements et de travailler tous les secteurs de jeu. Lors de votre prochaine séance, pensez à effectuer quelques sorties de bunker. Severiano Ballesteros a joué toute son enfance sur la plage de son village. Il y a développé des habiletés qui ont fait de lui un golfeur d’une créativité légendaire. Les joueuses et joueurs professionnels passent beaucoup de temps dans le sable. Techniquement, la sortie de bunker de green est un coup moins difficile qu’un chip du bord du green depuis le rough. Elle est en tout cas plus facile à contrôler.


LA CLÉ, C’EST LA VITESSE DE CLUB

Concrètement, plusieurs options sont possibles en fonction de la configuration. Si le bunker est très profond, utilisez un lob wedge d’un degré d’ouverture de 58 à 60 degrés. Si vous ne possédez pas un tel club dans votre sac, ouvrez la face de votre sand wedge pour obtenir une trajectoire plus haute. Et pensez à compenser cette ouverture par une vitesse de club un peu plus élevée.Lors d’une sortie de bunker de green, c’est le sable qui propulse la balle. Je vous recommande donc de visualiser une porte d’entrée et une porte de sortie dans le sable situées 3 à 5 cm avant et après la balle. La clé, c’est la vitesse de club. Il faut de l’engagement, il faut éjecter ce spray de sable hors du bunker afin de projeter la balle. A ce propos, j’ai un conseil pour vous faciliter la vie: prenez toujours le même volume de sable, mais variez l’ouverture de la face de club (ou le choix du club) ainsi que l’amplitude de votre mouvement pour ajuster votre dosage.


LE CAS DES BUNKERS DE FAIRWAY

Au contraire de la sortie de bunker de green, la sortie de bunker de fairway ne nécessite pas une prise de sable avant la balle. Ici, on cherche plutôt un contact que l’on dit «clean», où l’on prend la balle en premier. Le choix du club se fait en fonction de la profondeur du bunker. Si celui-ci est suffisamment plat, une sortie avec un fer fermé voire un bois est envisageable.

Notez encore que le contact de balle lors d’une sortie de bunker de fairway est tout simplement le contact que nous souhaitons avoir avec nos coups de fer en général (balle-terre). S’entraîner dans les bunkers de fairway vous permettra donc

également de mieux comprendre ce qu’il se produit quand vous faites une gratte ou un top sur l’herbe.Le mot de la fin revient à Gary Player, qui disait: «Plus je m’entraîne, plus j’ai de la chance!» Alors à vous de jouer! N’ayez plus peur des bunkers! Il suffit de vous entraîner!




13 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page