top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurEmilie Bruchez

Puttez avec panache

Dernière mise à jour : 30 janv.

Bien que le putting représente en moyenne 43% du score, la plupart des joueurs amateurs s’y entraînent trop rarement. Les quelques astuces et exercices présentés dans cet article vous permettront de trouver vos marques sur les greens.


Selon mes préférences pédagogiques et techniques, le processus d’apprentissage se construit sur de bonnes bases en partant à proximité du trou pour progressivement s’en écarter. Cela fait sens tout naturelle- ment, car il me semble compliqué d’assi- miler un grand swing alors qu’on ne sait ni faire un moyen ni un petit swing! En outre, c’est un domaine qui, avec un peu d’entraînement et de bons repères, permet d’avoir du «rendement» assez rapidement. Selon Dave Pelz, célèbre coach américain et auteur de «Putting Bible», le putting représente en moyenne 43% du score, ce qui m’amène à la question suivante: vos séances d’entraînement sont-elles cohérentes avec ce ratio? D’expérience je sais que le putting n’est pas apprécié de la plupart des golfeurs, car c’est un domaine plutôt lent et exigeant du jeu.


Avant toute chose, il me paraît fondamen- tal que lors de vos entraînements vous vous efforciez de travailler sur une routine stable comme par exemple marquer la balle, lire le green, faire deux à trois mouvements d’essai pour calibrer le dosage avant de jouer!

En outre, je vous recommande d’utiliser toujours le même type de balle car celle-ci va sortir plus ou moins vite de la face de club en fonction de la dureté, ce qui ajoute une variabilité supplémentaire.


Le jeu de l’échelle est premier drill que je vous propose. Il est basé sur le calibrage des vitesses de 1 à 9 mètres. Le dosage est crucial: «Speed is more importante than the line» (la vitesse est plus importante que la ligne).


Je vous recommande de choisir un green plutôt plat pour commencer et, selon votre niveau, répéter cet exercice avec les varia- tions de pentes qu’on connaît, à savoir en montée, en descente, droite-gauche, gauche-droite. Dans un premier temps, le but est de faire une moyenne de deux putts avec chaque balle. Ensuite, selon votre niveau de jeu, vous allez pouvoir établir votre niveau d’handicap au putting comme suit: puttez dix balles à 9 mètres du trou, placez trois cibles autour du trou dans un rayon de respectivement 1 pied du trou, 2 pieds, 3 pieds soit 30 cm, 60 cm, 90 cm. Faites la moyenne de vos résultats en combinant les variations de pentes pour une évaluation plus fine.


Si votre moyenne se situe à 1 pied (30 cm) ou moins, votre niveau de handicap au putting est scratch ou pro. Pour une moyenne entre 2 et 3 pieds vous jouez en moyenne en dessous de 80 coups. Enfin, si votre moyenne est à 3 pieds ou plus alors vous êtes au niveau de 90 coups ou plus.


La priorité est de prendre des références de vitesse en fonction de la longueur des putts. Ainsi, sur le parcours, vous allez pouvoir facilement compter vos pas et ajuster efficacement votre vitesse.


Le deuxième drill, que je nomme le 3-6-9, consiste à jouer trois balles à 3 mètres et atteindre une cible dans un rayon de 1 pied du trou (30 cm), puis trois balles à 6 mètres dans une cible à 2 pieds du trou (60 cm), et enfin trois balles à 9 mètres du trou dans une cible à 3 pieds (90 cm) du trou. Au début, accordez-vous autant de chances que nécessaire pour valider l’exercice, puis pour augmenter la difficul- té, donnez-vous seulement 1 joker, soit une balle en-dehors de la cible pour chaque distance, puis en fonction de votre niveau, si vous ratez un coup, recommen- cez depuis le début! D’une semaine à l’autre, évaluez vos progrès pour arriver à l’objectif final d’enchaîner les neuf balles d’affilée dans les zones cibles.

Ces deux drills vous permettent de sécuriser une zone cible autour du trou pour assurer deux putts et éradiquer autant que possible les trois putts!


L'actuelle numéro 1 mondiale Jin Young Ko a une moyenne de 29,46 putts et pointe à la 21e place mondiale dans le domaine du putting. Morgane Métraux, récemment vainqueur de l’Open d’Italie, a une moyenne de 30,04 et occupe la 66e place. Scottie Scheffler, actuel numéro 1 mondial chez les hommes, affiche une moyenne de 28,65 putts, ce qui le place – à notre grande surprise – à peine mieux que la moyenne du PGA Tour, soit 28,94 coups.

Il y a donc une marge de progression importante dans ce domaine de jeu, si l’on se base sur deux putts par trou, soit 36 putts pour un tour. Je relativise ces chiffres, car ces joueurs professionnels accordent chaque jour des heures à la pratique du putting, ce qui n’est évidem- ment pas le cas des joueurs amateurs.


Enfin, le troisième drill que je vous propose s’inspire de la méthode «Aim- Point» très utilisée par les proettes et les pros. Le ressenti de la pression sous les pieds permet d’évaluer le pourcentage de pente. Cette technique très efficace nécessite un travail quotidien. Je l’ai donc simplifiée pour vous comme suit: si la pression est assez légère sous vos pieds, alors votre compensation de visée sera de 1 pied ou moins à gauche ou à droite du trou, en fonction de votre lecture; si la pression est moyenne, il y aura 2 pieds ou moins de compensation; si la pression est forte, 3 pieds.



Pour résumer: «Puttez avec panache!» J’ai en mémoire ces images folles de putts rentrés par Tiger, levant son poing, et de tant d’autres joueurs qui gardent leur putter pendant des années comme un trésor dans leur sac ... Aimez votre putter et votre putter vous le rendra!



47 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page